Alain Moussay est né en 1950 au Mans. Il fait ses études secondaires à Lyon où il découvre le théâtre grâce aux spectacles de Roger Planchon et Marcel Maréchal. A 17 ans il obtient les premiers prix de diction et de comédie au Conservatoire de Saint-Étienne et monte son premier spectacle « Ginsberg – Ferlinghetti », poètes de la Beat Generation. Il suit les cours de Jean Dasté, directeur de la Comédie de Saint-Étienne ; Philippe Dauchez qui dirige la Maison de la Culture de Firminy -Le Corbusier lui fait jouer Audiberti, José Triana, Mrozek ; il rejoint Dasté comme comédien permanent et travaille avec Pierre Vial, Dominique Dubreuil (Aristophane, les poètes romantiques, diverses collaborations avec France culture à Lyon).

Télécharger le CV complet

TAILLE : 1 M 71/ Né le : 19/03/1950 âge apparent : 50/55
YEUX : MARRONS/ CHEVEUX : GRIS
LANGUES : ITALIEN Bien  ALLEMAND Moyen.  Accent du sud possible.
Excellente forme physique. Loge à Paris, Strasbourg, Montélimar.

1971 : André Bénichou l’engage au Théâtre Populaire Jurassien de Lons-le Saunier pour « Monsieur Fugue » de Liliane Atlan, « l’Architecte et l’Empereur d’Assyrie » d’Arrabal.

1973 : Anne Delbée lui confie le rôle principal de « Lycée Thiers maternelle Jules Ferry » de Xavier Pommeret à la Cartoucherie de Vincennes (Production Théâtre des Amandiers)
Il rejoint André-Louis Perinetti qui dirige le Théâtre National de Strasbourg et le met en scène dans « Les ressources naturelles » de Pierre Laville avec Jean-François Balmer.
A la Comédie de Saint-Étienne, Pierre Vial le met en scène face à Marianne Epin dans le rôle principal de « Et moi aussi je parle de la Rose » d’Emilio Carbollido. Le spectacle est joué au Théâtre de l’Est Parisien où il se lie avec Guy Rétoré.


1974
: il part au Liban où il crée «  Le Fou d’Elsa » de Louis Aragon, avec Aragon, Félix Blaska, Alain  Werner au Festival de Baalbeck.

1975 : au T.E.P. avec Guy Rétoré il joue « Sainte Jeanne des Abattoirs » de  Bertold Brecht, « Coquin de coq » d’O’Casey (donné aussi au Palais des Papes) , « Androclès et le lion » de Georges-Bernard Shaw « Jean Vilar et le théâtre populaire » au Festival d’Avignon.

1976 : il est engagé par Michel Dubois à la Comédie de Caen pour « Les Estivants » de Maxime Gorki ( spectacle en  tournée qui s’achève au Théâtre National de Chaillot )

1977 : sous la direction de Patrick Guinand il joue au Théâtre de Gennevilliers  « Attila » de Corneille.

1978 : avec Guinand, futur  directeur du Jeune Théâtre National, il joue dans « Le supplément au voyage de Bougainville » de Denis Diderot aux Etats-Unis lors d’une longue tournée aux Etats Unis et au Canada.

1978-1981 : après la mort brutale de son père il devient producteur et manager d’artistes de variétés et crée une série d’expositions présentées en France, Suisse, Allemagne, Italie : « Rolls-Royce », « Les Objets introuvables de Carelman »,   « Voitures américaines et dragsters »,   « Machines à sous et flippers », « Chaussures anciennes de la collection Bally » etc… Il collabore avec Jean-Paul Favant à l’ouverture du Louvre des Antiquaires avec des expositions thématiques ( Art Forain, Jouets anciens, Marionnettes…)

1970-1980 : au cours de cette décennie il travaille pour les Festivals de Valréas avec René Jaunneau et Lons- le Saunier avec André Bénichou.

1981 : il revient au théâtre à la Comédie de Saint-Étienne, grâce à Daniel Benoin ;  il joue Molière et les deux « Faust » de Goethe où il est Méphisto face à Bernard Fresson.

1982 : Patrick Guinand le met en scène au Centre Georges Pompidou dans « Le naufrage du Titanic » de Hans Magnus Enzensberger (production  J T N )


1983
: au Théâtre de Gennevilliers, Yvon Davis le dirige dans « Don Juan et Faust » de Grabbe.

1984 : Serge Ruest lui confie le rôle de Scapin ( d’Avignon Off, spectacle de cirque)

1985 :  « Clair d’usine » de Daniel Besnehard, mis en scène par Guy Rétoré fait une grande tournée en France.
Il rencontre son agent Monita Derrieux. Retour auprès de Michel Dubois à la Comédie de Caen pour « La Double Inconstance » avec Jacques Gamblin.

1986 : création d’ « Un cœur sous une soutane », premier texte en prose d’Arthur Rimbaud, écrit à 17 ans; dirigé par Alain Bonneval, il est seul sur scène et le succès lui permet de jouer jusqu’à aujourd’hui ce spectacle près de 300 fois en France, à l’étranger, et au Tourtour à Paris.

1988 : rôle-titre de « l’Autre » d’Elie Presmann spectacle co-produit par la Comédie de Saint-Étienne et mis en scène par Jacques Echantillon

A partir de 1989 et jusqu’en 1992, comédien permanent chez Michel Dubois à Caen pour une dizaine de spectacles : « Ainsi va le monde » de William Congrave avec Tsilla Chelton (nominé aux Molières), « Titus Andronicus » et  « La Tempête » de William Shakespeare, « La volupté de l’honneur » de Luigi Pirandello, « Wozzeck » de Georg Büchner (rôle-titre dans une mise en scène de Guy Delamotte), « La chambre et le temps » de Botho Strauss.
Dans ce cadre, il met en scène et joue en solo « La fleur à la bouche »  de Pirandello.

Parallèlement au théâtre, à partir de 1985 il tourne pour laTELEVISION :
avec Alain Bonnot, Maurice Frydland, Bernard Stora, Bruno Gantillon, Maurice Failevic.


A partir de 1992
, il s’y consacre plus exclusivement encore. Il retrouve à chaque épisode le rôle de Fonse dans la série des « Honorin » avec Michel Galabru et Line Renaud réalisé par Jean Chapot et Nelly Kaplan et  tourne près de 50 téléfilms dont :

« Le château des Oliviers » Nicolas Gessner 1993
« Commissaire Moulin » épisode réalisé par Jean-Louis Daniel 1993
« Les Années Lycée » Eric Barbier 1993
« Un jour avant l’aube » Jacques Ertaud 1993
« Une qui promet » Marianne Lamour 1991
« Sixième classique » Bernard Stora 1995
« Parents à mi-temps » Alain Tasma 1995
« l’Allée du Roi » Nina Companeez 1995
« La voisine » Luc Béraud 1996
« Les Amazones» Nicolas Ribowsky 1996
« Monte Cristo » Josée Dayan 1997
« Entre l’arbre et l’écorce » Bruno Gantillon 1998
« Domisiladore » France 2 2004
« Une femme d’honneur » Michael Perotta 2004
« Central nuit » Pascale Dallet 2005
« Le grand Charles » Bernard Stora 2005
« Cocon » Pascale Dallet 2005
« Madame de Pompadour » Robin Davis 2006
« Le grand Charles» Bernard Stora 2006
« Le printemps des orphelins »  David Tarde 2007
« Résistance » Félix Olivier 2007
« Le 7ème juré » Edouard Niermans 2007
« Tenez-bon, Monsieur Neuwirth » Sébastien Graal 2008
« Blackout » René Manzor, 2009
« Les Invincibles » Alexandre Castagnetti, 2009
« Le jour où tout a basculé »,  Série France 2 2011
«Les Bâtisseurs de cathédrale » M. Jampolsky  Arte 2012
«Vengeances tardives » M. Rivière   France 3 2014

et au CINEMA: Entre 1985 et 1995, il tourne, entres autres, avec Alain Corneau (« Le Môme » avec Richard Anconina ), Massimo Guglielmi (« Rebus » avec Charlotte Rampling ), puis :

« Un homme idéal » mis en scène de Xavier Gélin 1995
« Mozart for ever » mis en scène  de Jean-Luc Godard 1996
« Mai con quadri » film italien de Mario Caiano 1998
« Le Compagnon » de Maurice Frydland 1999
« Merci pour le geste » de Claude Faraldo 1999
« Cargo »Léon Desclozaux 2006
« L’école buissonnière » Raymond Roumegous 2008

En 1995 au théâtre, il joue aux côtés de Madeleine Robinson dans « La folle de Chaillot » mis en scène par Jean-Luc Tardieu. Il collabore pendant l’été avec le Théâtre du Jarnisy et  son festival.

En 1997 il met en scène Jeanne Vitez dans « Je vous assure que Bruxelles », imagine  et crée un spectacle musical à partir de textes d’Arthur Rimbaud et de Jim Morisson « Illuminations » (avec les musiciens  Michel Carras et Larry Martin).

De 1999 à 2001 il rejoint Philippe Dubos et la Compagnie d’Urgence 2 à Nancy pour un spectacle où il est seul en scène : « L ’Enseigneur » de Jean-Pierre Dopagne, l’un des succès d’Avignon Off 2000 , joué plus d’une centaine de fois en France.

En 2002-2003, il est invité comme artiste associé (avec Hubert Nyssen et Jean-Marie Sénia) au Théâtre d’Homécourt -Metz, scène conventionnée. Il y met en scène « Le vieil homme rangé » de Jean-Pierre Dopagne et « Un Nénuphar dans la tête  » de Béatrice Viard, repris en Alsace et en Rhône-Alpes.

En novembre 2002 avec l’Orchestre des Pays de Savoie dirigé par Mark Foster, il crée un spectacle : « La muse et le poète » avec François-Xavier Roth, chef d’orchestre et Jean-Louis Agobet, compositeur ( tous deux nommés aux Victoires de la Musique 2006 )
En 2003 il présente à l’église des Dominicains de Strasbourg une soirée autour du mystique Jean Tauler.

Depuis, il est régulièrement invité pour des lectures aux « Conversations de Strasbourg » ou « Plaisir du texte  » (« Todorov, Gluksmann », « J.J Pauvert », « Voix mystiques », « Rimbaud-poésies » « Marc Lévy » etc…)

En 2004, il interprète Telemann dans un spectacle musical dirigé par Marc Hervieux et joue « Candide » de Voltaire mis en scène par Jean-Michel Maman, est invité au Festival de Sarlat avec « Un cœur sous une soutane » de Rimbaud.

En 2005, il est invité pour plusieurs lectures mises en scène par Patrick Guinand au « Café littéraire viennois » du Musée d’Orsay pour l’exposition Kokoschka, Klimt et Schiele.

En 2009 « Des gens insensés autant qu’imprévisibles » de Claude Bourgeyx , solo, création,  mise en scène par Jean Lorrain , à la Librairie Kléber de Strasbourg , repris au Festival de Phalsbourg.
« Le Calice de Calvin » de Michel Mathe, mise en scène de Jean-Pierre Schlag dans le cadre de « Protestants en Fêtes » à Strasbourg, création au Temple du Bouclier.

En 2010-2011 Rôle-titre dans « Le Jardin de Beamon » de Fabrice Melquiot, mise en scène de Pierre-Etienne Vilbert, création et reprise.

En 2012-2013 « De la musique avant toute chose » spectacle musicale et poétique avec Géneviève Letang

En 2013-2014 « Le Traité » Docu Théâtre de Lionel Courtot mis en scène de Philippe Hurriet

En 2015 « Parution du CD  Une Saison en Enfer » avec M. Carras et M. Wandji

En 2015 « Spectacle musical : Une Saison en Enfer »

En 2015 « Le civet de lièvre (Geïler) : Mille ans de la Cathédrale de Strasbourg »

En 2016 « Un avenir de Roi » de Claude Bourgeyx mis en scène de Philippe Hurriet

Il prête régulièrement sa voix à la chaîne ARTE depuis 2000, pour  habillages et commentaires, et a réalisé un premier court-métrage :  « Pour Maman ».

Enregistrements discographiques « Illuminations » Rimbaud-Morrison », « Les Fleurs du Mal » de Charles Baudelaire, « Contes Amérindiens », enregistré à l’IRCAM, commande des Communautés  Européennes

Central nuit » Pascale Dallet 2005

« Le grand Charles » Bernard Stora 2005

« Cocon » Pascale Dallet 2005

« Madame de Pompadour » Robin Davis 2006

« Le grand Charles» Bernard Stora 2006

« Le printemps des orphelins » David Tarde 2007

« Résistance » Félix Olivier 2007

« Le 7ème juré » Edouard Niermans 2007

« Tenez-bon, Monsieur Neuwirth » Sébastien Graal 2008

« Blackout » René Manzor, 2009

« Les Invincibles » Alexandre Castagnetti, 2009

« Le jour où tout a basculé », 2011 Série France 2